mercredi 17 mars 2010

Réconcilier l'informatique décisionnelle d'entreprise et les exigences des utilisateurs

Auparavant réservée aux entreprises capables d'investir financièrement et en moyens humains, l'informatique décisionnelle se démocratise aujourd'hui de plus en plus.
Cela est du à 2 facteurs : apparition de solutions dédiées à l'utilisateur et plus simples à déployer (dont qlikview est actuellement le plus médiatique) et apparition de solutions open source (la démocratisation est dans ce cas purement financière).

L'informatique décisionnelle, outre sa fonction première qui est de fournir aux managers et à la direction des entreprises des outils d'aide à la décision, apporte à l'entreprise des atouts non négligeables parmi lesquels :

  • données validées et nettoyées, 
  • référentiel unifié et commun à l'ensemble des acteurs de l'entreprise, 
  • historique des informations.
Malheureusement, le système d'information décisionnel souffre des mêmes maux que son grand frère, le système d'information :
  • Lourdeur de mise en place et d'évolution
  • Coûts d'achat, de mise en place et de maintenance élevé 
Du coup, de plus en plus d'utilisateurs sont tentés de recourir à des outils plus agiles, tels que l'indétronable excel mais aussi qlikview, qui fait actuellement un tabac.
De nombreux éditeurs sont également en train de concevoir des outils web, les performances des navigateurs et les futures capacités de HTML 5 favorisant l'émergence de ce type d'outils.

Comment dans ce cas arriver à réconcilier la nécessaire rigueur liée au système décisionnel et l'agilité demandée par les utilisateurs ?

Il faut bien sûr concilier le meilleur des 2 mondes :
  • Batir des bases de données dédiées à l'analyse décisionnelle, dans lesquelles les données seront nettoyées, unifiées et historisées, peu importe l'outil utilisé pour la conception des tableaux de bord et analyses
  • Fournir aux utilisateurs des outils suffisamment conviviaux et simples d'utilisation, assurant un minimum de sécurité sur les données (si besoin)
  • Résoudre le besoin de la confidentialité d'accès aux données (le responsable d'agence Nord ne voit pas les salaires de l'agence Centre), indépendamment de l'outil de restitution