mardi 23 novembre 2010

Les logiciels packagés : la fin d'une époque, vive les applications sur mesure

Je rebondis sur un article publié sur le JDN : http://goo.gl/Ns0Rr
L’âge d’or du tout intégré et du PGI semble plus que jamais toucher à sa fin. En effet, après avoir voulu jouer la carte du packaging tous azimuts, les entreprises se tournent désormais vers une nouvelle approche très fortement axée vers les solutions sur-mesure ....
Cela rejoint complètement ma vision du SI dans les années à venir : il me semble que les processus standards de l'entreprise (RH, Compta, Achats, ...) doivent être couverts par des progiciels « best of breed » (le meilleur progiciel de chaque catégorie) et les processus de production (cœur de métier de l'entreprise) devraient être développés à base de composants spécifiques, pour au moins 2 raisons :
  • les besoins de l'entreprise sur ces processus sont souvent propres à son histoire, son marché, sa culture ... et ses avantages concurrentiels
  • le SI de production doit être un des moteurs de la compétitivité de l'entreprise, de ses avantages concurrentiels, et donc ne pas reposer sur des progiciels standards
De la même manière que nous produisons aujourd'hui des logiciels basés sur des frameworks techniques, il manque dans la production logicielle des frameworks de composants métier, adaptables et spécialisables en fonction de chaque entreprise.
J'ai participé il y a une dizaine d'années (déjà !) à la mise en oeuvre de cette approche avec succès, lorsque je faisais partie de la société Lyon Consultants (fondée par Jean-René Lyon), devenue depuis CGI France. Déjà à l'époque nous utilisions un framework de composants métier, basés sur des outils de développement orienté objets. Cette approche a été mise en oeuvre dans de grands groupes bancaires et d'assurance, mais également dans des entreprises de services (télécoms, distribution eléctricité ou eau).
Il me semble qu'elle représente le juste milieu entre la mise en place généralisée d'ERP dans l'entreprise et le tout spécifique, et permet de bénéficier des avantages respectifs des 2 méthodes :
  • apport d'une structure, d'une certaine rigueur au SI de l'entreprise
  • souplesse d'évolution des développements spécifiques
Le process est le suivant :
  • fabrication d'une ossature de composants génériques propres à un métier (banque, assurance, supply chain, ...), maintenue par un fournisseur externe ou par une équipe d'architecture au sein de la DSI
  • fabrication des composants spécifiques à chaque entreprise, reposant sur le framework métier, par une équipe de développement interne à la DSI ou par un prestataire externe
  • il va sans dire que tous ces composants s'appuient sur un framework de composants techniques, aujourd'hui disponibles sur toutes les plate-formes de développement
Attention de respecter les principes d'indépendance entre ces 3 couches, afin de ne pas fragiliser l'ensemble.