mercredi 31 août 2011

Apple, je t'aime, moi non plus

Autant vous le dire tout de suite : je n'ai ni iMac, ni iPhone, ni iPad. J'ai juste installé iTunes sur mon ordinateur pour pouvoir synchroniser l'iPod de ma fille que sa grand-mère lui a acheté.
Apple (Lorsque Jobs a été aux commandes) a su, depuis 30 ans, révolutionner le marché, d'abord de l'informatique personnelle avec le Macintosh, puis de l'informatique de loisir avec l'iPod, l'iPhone et l'iPad.

Le Macintosh a poussé IBM à sortir un ordinateur de bureau (à 1000 lieues du Macintosh en termes de fonctionnalités), ce qui a ensuite généré la vague du Client/Serveur, au passage pas vraiment une bonne chose pour les entreprises.
Puis Apple a révolutionné le monde de la musique avec son iPod.
Il a ensuite bousculé le marché de la téléphonie avec l'iPhone.
Et il révolutionne aujourd'hui les usages de l'informatique personnelle avec l'iPad.
Microsoft, qui avait pris le leadership durant 20 ans, est aujourd'hui à la traîne et essaie de combler le retard accumulé depuis le départ de son fondateur, Bill Gates

Et qu'est-ce qui fait le succès de ces produits ?
Steve Jobs a su créer des produits réellement simples d'emploi et les rendre indispensables, grâce à un marketing parfait et à son charisme à la tête de la société.
Une batterie qui dure 7 heures, un portable qui s'allume presque instantanément, une ergonomie simple et productive : voilà à mon sens les points forts des produits Apple.
Je ne comprends toujours pas pourquoi les fabricants de PC ne sont pas capables de sortir des modèles équivalents, juste Sony qui sort un peu du lot.

Alors, qu'est-ce qui ne va pas chez Apple ?
Malgré tous ces atouts, il y a quelques points qui me chagrinent :
  • Apple fait des marges monstrueuses sur ses ventes et il faut payer le prix fort pour acquérir ses produits : cela me dérange
  • Le système Apple a toujours été centré sur lui même et son écosystème, que ce soit au niveau du matériel ou des logiciels
    Ce n'est à mon sens pas le sens de l'histoire, qui privilégie plutôt les échanges et l'interopérabilité des systèmes
  •  Les produits Apple (matériels, logiciels, contenus) sont complètement verrouillés par Apple : aucune liberté sur l'aspect graphique, passage obligé par la caisse pour utiliser quoi que ce soit, au grand bénéfice (au propre et au figuré) d'Apple
Et que me reste-t-il, entre un Apple qui contrôle le moindre de mes gestes et contenus et un écosystème Microsoft en pleine déconfiture ?

Il me reste Google.
Autant Apple a été visionnaire sur le matériel, autant il n'a pas fourni de services véritablement révolutionnaires : un iTunes lourd et indispensable pour synchroniser ses données et quelques applis de gestion de ses photos, documents.
Google, quand à lui, a révolutionné le monde du Web et les services fournis sur le Web :
  • son moteur de recherche d'abord : aujourd'hui loin devant la concurrence même si Microsoft fait de gros efforts pour le rattraper
  • ses applications bureautiques : Gmail, Carnet d'adresses, Agenda, et dans une moindre mesure gestion de documents
  • Google Maps et l'application de navigation qui va avec : j'ai essayé des applications payantes qui ne sont selon moi pas au niveau de Google Maps
Ses produits sont également très ergonomiques et simples d'emploi. Et l'ensemble des données est stocké On-Line, j'y ai accès partout, tout le temps. Je n'ai pas peur que mon disque dur plante et de perdre tous mes contacts, même si je fais quelques sauvegardes de temps à autre.
Et tout cela gratuitement pour des besoins basiques, à un coût très raisonnable pour une utilisation en entreprise. Avec de la pub vous me direz, mais elle reste discrète et ne m'a jamais empêché d'utiliser les produits.
Et surtout, l'ensemble de ces services sont inter connectés : je clique sur un contact, je consulte sa localisation sur Google Maps et je lance la navigation pour m'y rendre. 
Idem pour un évènement sur l'agenda.
Et l'arrivée d'Android m'a permis de retrouver tous ces services sur mon smartphone.
Et la synchronisation entre smartphone, tablette, ordinateur est automatique et immédiate, pas besoin de connecter de câble ...
Pour le coup, c'est Apple qui s'inspire de Google, avec la sortie dans les semaines qui viennent du service iCloud, qui permettra de synchroniser ses données, gratuit pour 5 Go de données (Google offre environ 10 Go de données cumulées entre les différents services, sans compter Google Music en cours de déploiement).

Le départ de Steve Jobs de la société constitue un véritable défi pour Apple dans les années qui viennent ....