mardi 3 janvier 2012

2012 : Tendances IT et Supply Chain


Pour la 2° année, je me hasarde à l'exercice traditionnel de prédiction des tendances de l'année à venir.

Je n'avais pas été trop mauvais l'année dernière (http://blog.6it.fr/2011/01/2011-mobile-web-et-collaboratif.html) : l'année 2011 a été marquée par :
  • la montée en puissance des solutions et des infrastructures Cloud : même si les entreprises françaises sont encore réticentes, le déploiement des applications et des infrastructures Cloud est une réalité aux Etats Unis
  • La lente hégémonie des smartphones Android, au détriment de RIM qui est en train de perdre pied, et de Microsoft / Nokia qui n'arrivent pas à faire décoller leurs ventes
  • L'adoption massive des standards HTML5 sur le Web : même Microsoft et Adobe, détracteurs de la première heure, s'y sont ralliés
  • L'essai ultime de Google pour prendre pied sur le marché des réseaux sociaux avec Google+
L'année qui s'annonce sera pour moi une année de stabilisation à tous les niveaux.


Côté terminaux mobiles 

Google doit continuer son travail de stabilisation des différentes versions d'Android et doit essayer de contrôler les constructeurs pour limiter le nombre et la disparité des terminaux. 
Il doit également arriver à faire décoller l'offre de tablettes équipées d'Android, là encore en faisant converger les constructeurs vers Android 4.0 (alias Ice Cream Sanswich)

Concernant Microsoft, Windows 8 devrait arriver courant du second semestre, avec une version spéciale tablettes, dont l'interface reprend celle de ses smartphones, et que je considère aujourd'hui comme la meilleure interface pour terminaux tactiles.
Espérons que cela relancera Microsoft dans la concurrence et l'innovation.

Apple commence à être en perte de vitesse et devra absolument sortir une gamme grand public s'il  veut garder sa place dans le duo de tête.
Rappelons nous l'histoire du Macintosh, trop élitiste, qui n'a pas résisté à la vague de fond Microsoft / MS-DOS et qui a failli causer la perte d'Apple.


Concernant le Cloud

Nous allons assister à la multiplication des offres dans tous les domaines (cela a déjà commencé en 2011) :
  • Bureautique 
  • Sauvegarde
  • Business Intelligence
  • Stockage de données
  • Et dans une moindre mesure, les ERP : leur socle applicatif historique est en général trop lourd pour être rapidement refondu et devenir de vraies applications Cloud
Les offres techniques devront se stabiliser et certaines technologies vont se détacher du lot, avec à la clé (plutôt en 2013) une normalisation des plate-formes techniques.

Un cadre de normalisation juridique devrait enfin émerger, en tous cas au niveau européen.


Et les réseaux sociaux

Google doit encore trouver de bonnes raisons pour que le grand public adhère à son nouveau réseau social : peut être cela passera-t-il par les marques que Google va séduire pour faire venir leurs aficionados.
Ses fonctionnalités vont certainement intéresser les entreprises pour constituer leurs réseaux sociaux privés.
Et en cela il devrait faire de l'ombre à Viadeo et Linkedin.

Facebook va entrer en bourse et va devoir rassurer ses utilisateurs, à l'heure où la publicité occupe de plus en plus de place sur les pages de ses utilisateurs, et d'une manière beaucoup moins subtile que sur les contenus Google.

Va-t-on assister à un rapprochement Viadeo / Linkedin, qui sont iso fonctionnels et qui demandent une double gestion de la part de leurs utilisateurs ?


Enfin, du côté de la Supply Chain

Bien sûr, la Supply Chain va profiter de toutes les tendances à venir, et les process de la Supply Chain sont particulièrement adaptés à ces évolutions car éclatés géographiquement et mettant en relation de nombreux tiers partenaires.
Aujourd'hui, la majorité des interactions, des échanges de données se font au mieux au travers d'échanges EDI, sinon par envoi de mails ou de faxs et par la resaisie des informations dans les différents logiciels des partenaires, avec les erreurs qui forcément en découlent.
Les données sont dupliquées chez chacun des acteurs, sur des plate-formes plus ou moins sécurisées, avec les coûts matériels et humains que cele implique.

Rêvons un peu : imaginons un réseau collaboratif rassemblant la majorité des acteurs de la supply chain (et notamment les e-commerçants), se partageant les données nécessaires à leurs métiers :
  • Les donneurs d'ordre mettent leurs commandes à disposition, soit vers des partenaires identifiés (sous contrat) soit vers une plate-forme d'échange (actuelles bourses de frêt)
  • Les transporteurs sélectionnent les commandes correspondant à leurs besoins (remplissage des remorques et des emplois du temps des chauffeurs)
  • Les transporteurs prennent rendez-vous avec les sites expéditeurs et destinataires
  • Les donneurs d'ordre, expéditeurs et destinataires, et notamment tous les e-commerçants suivent l'avancement des transports
  • Les entrepôts préparent la marchandise ou se préparent à la recevoir
  • Les transporteurs valident les chargements / livraisons, indiquent les litiges
  • L'ensemble des acteurs sont inter-reliés sur ce réseau et consultent des Kpis adaptés à leur contexte
L'ensemble est fourni sous la forme d'applications hébergées sur le Cloud ou de services Web intégrables dans les applications des entreprises.

La constitution de ce réseau et de leurs données associées permettrait également, à terme, d'optimiser globalement le remplissage des camions et la consommation de CO2.

Ce qu'il y a de sûr, c'est que 6 IT va investir sur ces domaines et démarre un projet qui va dans ce sens.
On en reparlera bientôt ...