mercredi 14 novembre 2012

Apple : l'histoire se répète ?

En 1985, Steve Jobs est poussé à la démission de son poste de CEO d'Apple par le conseil d'administration de la société.
Pendant 10 ans, le Macintosh est sur une pente descendante aux niveaux des ventes, pendant que Microsoft, avec MS-DOS puis Windows, inonde le marché avec une stratégie payante, même si elle n'est pas innovante : ouvrir son système d'exploitation au maximum de constructeurs de PCs.

En 1996, le système d'exploitation conçu par la société Next, fondée par Steve Jobs est racheté par Apple pour devenir le nouveau système d'exploitation des Mac : MacOS X, puis Steve Jobs reprend les rennes de la société.
On connait la suite : iPod, iPhone, iPad
Steve Jobs suit toujours la même logique : contrôler l'ensemble de la chaîne, du système d'exploitation au matériel, en passant par les logiciels et le contenu, dans un écosystème fermé et maîtrisé.

Le gros avantage de cette stratégie est de concevoir des produits de grande qualité, à un coût (et une marge) élevé. Son génie du design et du marketing font le reste et les produits Apple s'arrachent, la marque devient une sorte de secte, avec son gourou et ses adeptes.

Pendant ce temps, Microsoft perd pied et ne voit pas venir la vague du Web, des smartphones et des tablettes.

Un troisième acteur, Google, géant du Web, avance ses pions et rachète en 2005 une petite société qui a conçu des logiciels et un système d'exploitation pour terminaux mobiles : Android.
En 2008, une première version aboutie d'Android est déposée en open source, et donc utilisable par n'importe quel constructeur qui souhaite l'intégrer dans ses téléphones : une stratégie diamétralement opposée de celle d'Apple.
Le premier smartphone utilisant Android est fabriqué par HTC.

A partir de là, les versions d'Android et les modèles de smartphones s'enchaînent, jusqu'à inonder le marché et ravir la première place du système d'exploitation sur smartphones à Apple.

Aujourd'hui, l'iPad reste encore la première tablette du marché, mais plus pour longtemps si l'on en croit les analystes.
Les tablettes Nexus 7 et 10 pouces, avec des tarifs agressifs, vont faire un malheur d'ici Noël, et vont être suivis par l'ensemble des constructeurs équipant leurs tablettes avec Android.
Ce qui va avoir un effet positif sur l'ensemble de l’écosystème Google : Market (Google Play qui s'ouvre aujourd'hui aux contenus : livres, films et musique), Publicité, Réseau social (Google+) et Google Apps (Mail, Drive, ...).

Pendant ce temps, depuis le départ de Steve Jobs, bien involontaire cette fois ci, on a l'impression qu'Apple est à la recherche d'un second souffle, peine à innover et à faire rêver ses aficionados, et se contente d'essayer de suivre le train d'enfer mené par Google.
Et on se rend compte que la stratégie de fermeture du marché, de tarifs haut de gamme, si elle n'est pas accompagnée d'une innovation, d'un marketing à la hauteur, et d'un leader/visionnaire, ne peut résister à une stratégie d'ouverture au grand public et d'inondation du marché, même si l'innovation n'est pas vraiment au rendez-vous.

Google a remplacé Microsoft dans le rôle du suiveur et Apple aura du mal à y faire face.
Là où je vois une différence entre Microsoft et Google, c'est quand Steve Jobs disait à propos de Microsoft : « Ces gens-là sont incapables d'avoir des idées, ils ne cherchent pas à apporter du savoir ou du bonheur à l'humanité avec leurs produits. »
Google, contrairement à Microsoft, et à Apple d'ailleurs, au delà de l'argent qu'ils génèrent avec leur écosystème,  apportent des services aux utilisateurs : Google Mail, Google Drive, Google Maps (+ Navigation), Google Earth, Picasa, Youtube, Google+, ...