mardi 31 décembre 2013

2014 : Le Système d'Information sera Cloud, Collaboratif et Mobile

Cette fois, ça y est !
La question n'est plus : "Vais-je passer au Cloud ?" mais "Quand vais-je passer au Cloud ?"
Vous me direz, dans le Cloud, on y met tout et n'importe quoi ...

Pour moi, les outils Cloud sont des outils disponibles à la demande, accessibles via navigateur Web, et qui savent communiquer avec le reste du Système d'Information via services Web.
Ces applications doivent s'adapter, pour certaines fonctionnalités, aux terminaux mobiles et à la taille de leurs écrans.
Cela exclut les applications traditionnelles qui s'affichent dans des émulateurs de type TSE / Citrix.

Les principaux intérêts du Cloud sont :
  • de se décharger des tâches et des coûts associés à l'achat, la gestion et la maintenance des serveurs, baies de disques, sauvegardes, j'en passe et des meilleures ...
  • de se détacher des problématiques réseau pour donner accès aux employés de l'entreprise ainsi qu'aux partenaires, clients, ...
  • de disposer d'applications à jour, sans contraintes d'installations et de mises à jour des postes de travail

Les fonctions concernées dans un premier temps sont celles qui ne sont pas critiques pour l'entreprise : eMail, partage d'agendas, de documents, bureautique, CRM, ...
Dans un deuxième temps, on peut réfléchir aux outils de gestion de l'entreprise (ERP), dans le cas ou une rupture de service n'est pas critique pour les activités de production de l'entreprise.
Quelles sont les entreprises concernées en priorité ?
  • Les entreprises qui ont de nombreux sites ou qui interagissent avec de nombreux partenaires / fournisseurs / clients (citons dans ce cas les entreprises de Transport)
  • Les entreprises de services dont les activités supportent des ruptures de service temporaires de leurs outils de gestion
  • Les PME de moins de 50 salariés car elles n'ont pas les équipes et l'infrastructure pour supporter les moyens techniques nécessaires aux applications

Les besoins de mobilité et de collaboration ne font que renforcer les intérêts du Cloud.

Microsoft a su rattraper son retard sur Google en termes d'outils Cloud et collaboratifs et propose maintenant toute sa suite bureautique (y compris Sharepoint) en mode Cloud. Le seul bémol que j'y mets : les temps de réponse assez souvent plus longs que chez Google, peut être est-ce dû à la plate-forme technique sur laquelle reposent ses services ?
Il commence même à porter sa ligne ERP Navision en mode Cloud / Web.

Côté ERP, les grands acteurs du marché ont plus de mal que Microsoft pour faire évoluer leurs applications (qui a dit usine à gaz ?)

Car la prochaine génération d'ERP sera Cloud, collaborative et mobile, ou ne sera pas.
Les utilisateurs, et pas seulement les commerciaux, sont de plus en plus mobiles.
Les données de l'entreprises doivent être partagées en dehors de l'entreprise, avec les clients, les partenaires, les fournisseurs : devis, commandes, factures mais aussi gestion de projets, des temps, des frais, ...
Ne plus être obligé d'aller au bureau pour créer une facture pour un client.
Ne plus craindre la perte ou le crash de son ordinateur.
Ne plus redouter le changement d'ordinateur et la perte de temps associée à tout réinstaller.
Autant de raisons pour basculer progressivement vers les outils Cloud.

OpenERP est l'un des premiers à l'avoir compris en fournissant dés sa version 7, une offre modulaire intégralement Web et prévue pour intégrer clients et partenaires dans les processus de gestion l'entreprise.
Un accès "portail" est prévu pour partager avec les clients et partenaires non seulement les données mais également les processus de gestion de l'entreprise, tout cela sous contrôle naturellement grâce à des droits d'accès finement positionnés.
Il lui manque encore un affichage décent sur terminal mobile, peut être prévu dans la version 8 avec un design "Responsive" (qui s'adapte aux différents formats d'écran) ?

L'intégration de l'ERP avec tous les canaux de vente (B2B, B2C, Magasins, eCommerce, ...) sera aussi une fonctionnalité clé des ERP d'avenir.


mercredi 2 octobre 2013

Marfret, Compagnie Maritime, pilote ses flux EDI avec Talend


Le pilote de navire est le conseiller du commandant d'un navire qui entre ou sort du port ou encore qui navigue sur une voie maritime difficile (par exemple le fleuve Saint-Laurent).
La réglementation oblige les commandants de navires à utiliser les services du pilote pour entrer ou sortir des ports ou parcourir une voie fluviale difficile, ce en fonction de la longueur, du tonnage du navire (généralement pour un tonnage supérieur à 300) et du type de cargaison transportée.
Si ce service n'est pas toujours obligatoire, il est fortement conseillé pour les personnes peu expérimentées.
Le pilote fait profiter le commandant de sa connaissance des particularités du port ou de la voie fluviale en question.
Sur les conseils du pilote, le commandant peut se faire aider dans son travail par des remorqueurs ou une équipe de lamanage.
Le pilote est transporté à bord des navires par un bateau pilote (ou pilotine), mais aussi quelquefois par hélicoptère.

Le groupe Marfret, Compagnie Maritime, a décidé il y a quelques mois de changer d'outil de pilotage de ses flux EDI avec les ports et ses partenaires.
Conseillé par 6 IT, Marfret a choisi de s'équiper avec Talend, dans sa version Open Source dans un premier temps.
Afin de fournir des fonctionnalités équivalentes à l'outil précédemment utilisé (Data Exchanger), 6 IT ne s'est pas contenté de migrer les flux existants mais a également mis en place un ordonnanceur et les outils de paramétrage et de suivi des flux.
Les échanges sont traités par l'intermédiaire de serveurs de mail, serveurs FTP ou serveurs de fichiers.
Chaque type d'échange est paramétré :
  • type d'échange (mail, FTP, fichier), 
  • paramètres d'envoi et/ou de réception : serveur, identifiant, mot de passe
  • déclencheurs : émetteur / sujet de mail, répertoire/masque de fichiers, ...

Chaque exécution est tracée : date début/fin d'exécution, emplacement des fichiers d'entrée / sortie, du fichier de log, statut de l'exécution, ...
Ce qui permet de faire des stats sur les exécutions : en moyenne, entre 800 et 900 flux sont traités journalièrement, principalement aux heures et jours ouvrés.


Pour plus d'informations, vous pouvez nous contacter sur notre site ou par téléphone au 04.84.25.17.94 ou 06.24.91.02.03

mercredi 7 août 2013

OpenERP, entre Framework de développememnt et ERP d'entreprise


OpenERP a sorti cette année sa version 7, offrant de nombreuses améliorations.

J'ai saisi l'occasion de cette nouvelle version pour monter en compétences sur cette solution et la proposer dans l'offre de solutions et de services de 6 IT.

Il s'avère qu'au delà d'être un ERP offrant de nombreuses fonctionnalités (plus de 200 modules de base + de nombreux modules développés par la communauté), OpenERP est également un véritable framework de développement.

La création d'un nouveau module, avec quelques données  à saisir et afficher se fait en 15 minutes montre en main. Les tables sont automatiquement créées dans la base de données et l'accès aux données est géré par l'ORM (Object Relational Mapping) maison. L'affichage Liste et Formulaire, la navigation entre les 2 est automatique.

Au dela de la gestion des données, le framework OpenERP fournit des fonctionnalités telles qu'un moteur de recherche, un moteur de workflow, des styles d'affichage tels que le Kanban (du nom de la méthode) le Gantt ou de type calendrier.

L'équipe d'OpenERP est en train de travailler sur une version 8 qui apportera probablement l'affichage Web "Responsive", ce qui permettra d'utiliser plus facilement les applications conçues avec OpenERP sur smartphones et tablettes (on peut bien sûr déjà utiliser OpenERP sur tablettes puisque l'affichage est géré par le navigateur mais la taille de l'écran conditionne sa facilité d'utilisation).

Entre développement spécifique et implémentation d'un ERP, je pense personnellement qu'OpenERP réunit le meilleur des 2 mondes :

  • Fourniture de modules et structuration des processus de l'entreprise pour ses activités standards : Gestion clients / Prospection, Ventes, Gestion des Achats et des Stocks, Gestion de Production, Gestion de Projet, ...
  • Possibilité d'étendre les fonctionnalités d'OpenERP et de développer de nouveaux modules spécifiques aux activités de l'entreprise, voire développer une application complète, qui pourra interagir avec les modules standards et profiter des fonctionnalités offertes par le moteur d'OpenERP

mardi 21 mai 2013

6° journée régionale de la logistique en Paca, spécial TIC


                

Le Cluster Paca Logistique organise, 
en partenariat avec le Pôle SCS Solutions Communicantes Sécurisées et Haribo,
sa 6e Journée Régionale de la Logistique « LogisTIC »,
le 13 juin 2013,

La logistique constitue à l’échelle de la région PACA une activité économique majeure, inductrice de croissance et fortement créatrice d’emplois. Sa contribution au dynamisme économique du territoire peut néanmoins encore progresser par un renforcement de la valeur ajoutée de ses prestations.
Le contexte de crise actuel, l’évolution des échanges commerciaux (B2B, B2C), les contraintes imposées à la logistique et au transport des marchandises exigent, par ailleurs, l’adaptation constante des processus et internes et externes des entreprises.

Enfin, la logistique se définissant comme le pilotage des flux physiques par les flux d’information, la compétitivité de la filière logistique régionale est par nature directement conditionnée par une intégration et une exploitation maximale des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) existantes et en développement.

Trois tables-rondes auront lieu le matin :
  • Une logistique régionale à forte valeur ajoutée : l’enjeu des TIC.
  • Le Cloud au service de la performance de ma supply chain ?
    6 IT participera à cette table ronde
  • Tracing, tracking, comment, pourquoi ? Les implications logistiques.

Et trois ateliers d’échanges en simultané l’après-midi :
  • Outils en évolution, nouveaux comportements : comment choisir ? Quand migrer ?
  • Smart cities et logistique urbaine : quels outils ?
  • Comment maîtriser, valoriser et partager le capital « Données » de l'entreprise ?
    animée par 6 IT

lundi 8 avril 2013

Enfin des données objectives sur les retards TGV


Dans la lignée de l'article publié récemment sur notre blog (On parle toujours des trains qui arrivent en retard) ....

Voilà enfin des données publiées par la SNCF, qui vont vous permettre de râler (ou pas) sur les retards récurrents des TGV.
6 IT est allé chercher les données à la source (site Open Data de la SNCF) et vous les présente sous la forme d'un tableau de bord interactif, vous permettant de sélectionner les gares de départ et d'arrivée, ainsi que le mois du voyage.
Graphiques et tableau vous permettront de vous faire une opinion objective.

Rendez-vous sur le tableau de bord de Ponctualité des TGVs 

vendredi 5 avril 2013

Microsoft : en progrès - Peut mieux faire


Microsoft a pris le taureau par les cornes depuis 2 ans, afin de rattraper son retard dans le nouveau modèle des SI 2.0 :
  • Migration des ses outils phares vers le Web le Cloud et HTML 5 : Outlook.com, Office 365, SkyDrive
    Au passage, arrêt des développement autour de la plate-forme Silverlight
  • Refonte graphique de ses outils (interface épurée, "à la Google"), et de Windows 8 pour les rendres mobiles : rapprochement des interfacesWindows 8 et Windows Phone, et rendre Windows utilisable sur tablette
  • Intégration des différents produits autour de Sharepoint, et fourniture de tous ces outils en mode Cloud
  • Effort important autour d'Excel et SQL Server afin d'en faire de vrais outils de Business Intelligence, accessibles aux utilisateurs

Il reste néanmoins 2 problèmes à résoudre :
  • Ouvrir la plate-forme aux intégrateurs afin de pouvoir faire cohabiter les outils Microsoft et le reste de la planète informatique, comme le fait si bien Google avec ses API et l'ouverture de son code
  • L'utilisation de ses outils, sauf à être complètement en mode Cloud, nécessite un investissement lourd dans son infrastructure : Windows Server, SQL Server, Sharepoint Server, Exchange, ....

La solution viendra probablement du Cloud : il faudra surveiller les coûts d'abonnement et vérifier l'ouverture de ses services vers l'extérieur (API).

jeudi 4 avril 2013

On parle toujours des trains qui arrivent en retard

Vendredi 15 mars, 8h00 du matin
Claude se connecte sur le WMS et consulte les chargements en cours.
Mais pourquoi ne voit il pas le chargement pour Auchan Lens ?
Le camion est censé quitter l'entrepôt à 8h30 !
Après plusieurs litiges importants et 2 retards de livraison, le magasin de Lens ne supportera plus aucun problème.

Claude appelle le responsable expéditions.
" - Qu'est-ce qui se passe, bordel ? Pourquoi le chargement pour Auchan Lens n'a-t-il pas démarré ?
 - Mais le camion n'est pas arrivé !
 - Qui est le transporteur ?
 - Transports Lullin
 - OK, Merci"

Claude prend son téléphone et appelle Jacques, le responsable d'exploitation des Transports Lullin.
" - Allo ?
 - Jacques, c'est Claude à l'appareil, Norbert Dentressangle, entrepôt Auchan Valenciennes
 - Bonjour Claude, je sais pourquoi tu m'appelles, je suis désolé mais le camion prévu a crevé, ils sont en train de réparer
 - Mais pourquoi ne préviens tu pas ? As tu envoyé un autre camion ?
 - Malheureusement, je n'ai pas d'autre chauffeur de dispo, mais ils ont quasi terminé, ils devraient arriver vers 8h45
 - Ca fait le 3° retard cette semaine, ça commence à bien faire !
   J'appelle le magasin"

Lundi 18 mars, 17H00, réunion de pilotage Dossier Auchan, entrepôt de Valenciennes
Claude consulte son tableau Transport de la semaine précédente. Il enrage après Lullin, il a rattrapé de justesse le contentieux avec Auchan Valenciennes.
Yves Durdeau, responsable Approvisionnement Magasins chez Auchan Nord :
" - Y en a marre, je vais convoquer notre commercial chez Transports Lullin et lui signifier l'application des pénalités de retard sur le prochain paiement !
Claude, j'aimerais que vous soyez présent également"

Vendredi 5 avril, 11h30, réunion commerciale entre Auchan et Transports Lullin
Yves Durdeau démarre la réunion :
" - M. Ferrin, je n'irais pas par 4 chemins, votre taux de ponctualité a été déplorable au mois de mars, nos magasins commencent à nous faire sentir leur agacement.
    Je vais vous demander d'appliquer la clause de pénalités de retard sur notre prochain paiement.
    Et si vous n'améliorez pas la situation dans les semaines qui viennent, votre contrat a peu de chances d'être renouvelé au mois de juin."

Simon Ferrin, commercial Transports Lullin ne se démonte pas :
" - M. Durdeau, nous avons effectivement eu des problèmes de ponctualité cette semaine du 12 au 16 mars, pas tous de notre fait.
    3 problèmes, pour être précis : 1 chaufeur qui arrive en retard à l'agence, 1 bouchon à la sortie Valenciennes Nord, et 1 crevaison.
    Mais puis je vous montrer nos indicateurs de ponctualité, basés sur les données que nous envoie l'entrepôt Auchan Valenciennes : notre taux de ponctualité sur les 6 derniers mois (hormis le mois de mars naturellement) n'a jamais été inférieur à 96%"
  - Effectivement ... 
    Claude, est-ce que vous confirmez ?
  - Euhh ... Je n'ai pas les données historiques, M. Durdeau, et mon tableau excel me donne les ponctualités à la semaine.
  - M. Ferrin, seriez vous en mesure de nous communiquer chaque mois ces indicateurs de ponctualité ?
  - Je peux même faire mieux, M. Durdeau : je peux vous donner un accès direct à ces indicateurs, ainsi qu'à Claude, afin que tout le monde ait une vision objective des taux de ponctualité, que ce soit de manière journalière, hebdomadaire ou mensuelle.
  - Mais c'est exactement ce dont j'ai besoin !
    Et pourrais je également demander à mes autres transporteurs d'utiliser cette solution ?
  - Oui, l'outil est fait pour cela : il permet de partager ses indicateurs avec tous ses partenaires 
  - M. Ferrin, il ne vous reste plus qu'à faire remonter votre courbe de ponctualité des prochains mois et le renouvellement de votre contrat est dans la poche."

Vous avez sûrement tous vécu cette situation, quel que soit le côté de la table où vous vous trouviez.
N'est-il pas plus serein de gérer les opérations et prendre des décisions basées sur des indicateurs objectifs et partagés entre les différents acteurs de la Supply Chain ?

Un véritable outil collaboratif de mesure et de pilotage des performances, partagé entre tous les acteurs de la Supply Chain, impliquant l'ensemble du réseau, des usines aux magasins : voilà l'outil que nous vous proposons, en mode locatif, sans investissement matériel ou logiciel :
inscription gratuite : easy KPIs

jeudi 3 janvier 2013

2013 : transition vers un nouveau modèle ?

Je tiens tout d'abord à vous souhaiter à tous, lecteurs de ce blog, clients et partenaires, une très bonne année 2013, pleine de réussite, de nouveaux projets personnels et professionnels.

« Je vous souhaite des rêves à n'en plus finir et l'envie furieuse d'en réaliser quelques uns. Je vous souhaite d'aimer ce qu'il faut aimer et d'oublier ce qu'il faut oublier. Je vous souhaite des passions. Je vous souhaite des silences. Je vous souhaite des chants d'oiseaux au réveil et des rires d'enfants. Je vous souhaite de résister à l'enlisement, à l'indifférence, aux vertus négatives de notre époque. Je vous souhaite surtout d'être vous. »
Jacques Brel - 1° janvier 1968

L'année dernière (2012 : Tendances IT et Supply Chain), je prévoyais que 2012 ne serait pas une grande année côté innovations mais plutôt une année de stabilisation et c'est bien ce qui s'est passé :
  • Confirmation de la montée en puissance d'Android pour l'équipement des terminaux mobiles (Apple : l'histoire se répète ?)
  • Confirmation de l'utilisation des infrastructures et applications Cloud (Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Cloud) par les entreprises de toutes tailles
  • Lente installation de Google+ comme réseau social, qui veut concurrencer à la fois Facebook côté grand public et  Linkedin/Viadeo côté entreprises
  • Peu d'innovations côté Supply Chain, où les grands éditeurs communiquent sur des outils collaboratifs et Cloud mais où ils peinent à faire évoluer leurs solutions conçues à l'origine pour des besoins mono partenaires et fonctionnant majoritairement sur des architectures propriétaires AS400 ou Windows

Comme le dit Michel Serres, ce qui se passe en ce moment n'est pas une crise mais un changement de monde () : de nouveaux modes de vie, de communication, d'achat, de décision, portés par les nouvelles technologies.

Côté IT et Supply Chain, que va-t-il se passer cette année ?
Et bien je pense que cette année encore, nous allons observer une lente stabilisation des mouvements opérés depuis 2010 :
  • Lente transition des Systèmes d'Information vers le Cloud et les applications collaboratives et mobiles
  • Installation des terminaux mobiles, et notamment les tablettes, dans les entreprises
  • Prise en compte par les PME du besoin de piloter l'entreprise, grâce aux données fournies par le Système d'Information : démocratisation des solution de "Data Management" et de "Business Intelligence"
  • Côté Supply Chain : va-t-on enfin voir apparaître une vraie solution Cloud et Collaborative, intégrant l'ensemble des acteurs de la Supply Chain, partageant les mêmes informations, afin d'améliorer globalement leur Supply Chain ?

Mobile, Cloud et Collaboratif

Microsoft tente de retrouver le chemin des utilisateurs et le fait par l'innovation, ce qui est inhabituel.
Il a démarré avec son nouveau système d'exploitation Windows Phone, dont l'interface utilisateur est à mon avis aujourd'hui la meilleure du marché et en tous cas la plus innovante.
Il a repris ensuite cette interface sur les tablettes et ordinateurs personnels via Windows 8.
Il a démarré la refonte graphique totale de ses applications, en démarrant par Windows, puis Outlook et très prochainement Office. Suivront ensuite les applications professionnelles, et notamment La suite Sharepoint.
Au passage, on peut remarquer que Microsoft s'est fortement inspiré de l'interface épurée prônée par Google.

Avec le trinôme Outlook.com / Office 365 / SkyDrive, Microsoft compte rattraper son retard sur les solutions Cloud et Collaboratives, et notamment la suite Google Apps.
Associé à Windows 8 pour les tablettes, il possède à mon avis maintenant les armes pour conquérir le marché de l'informatique Cloud, Collaborative et Mobile dans les entreprises.

Google, quant à lui, inonde le marché avec ses téléphones, et les tablettes devraient suivre rapidement.
Il fait évoluer progressivement sa suite Google Apps, mais surtout intègre de mieux en mieux ses différents composants et fait converger l'ensemble des informations vers Google+.

Apple est en panne d'innovations, a du mal à sortir du haut de gamme et nous rejoue l'histoire du Mac : voir à ce sujet l'article Apple : l'histoire se répète ?
Steve Jobs est décidément difficile à remplacer.


Data Management et Business Intelligence

La mode du « Big Data » a pour effet positif de faire découvrir aux entreprises, et particulièrement aux PME, que les informations contenues dans leur Système d'Information sont précieuses (Big data : Vos données valent de l'or).
La bonne gestion des données de l'entreprise est gage de productivité, de prise de décision rapide et sûre, d'avantage concurrentiel, voire de gains financiers directs.
Des outils à la portée des PME sont disponibles :
  • Automatisation des échanges de données : Talend permet à moindres coûts d'automatiser les tâches répétitives de gestion des données et d'échanges de données avec les clients et partenaires
    Voir à ce sujet Un ordonnanceur EDI à base de Talend
  • Gestion du référentiel de données : voir à ce sujet Le MDM (Master Data Management) pour les nuls
  • Business Intelligence : en mode Cloud et collaboratif, les outils permettent maintenant d'avoir très rapidement des outils à disposition, et de partager des indicateurs avec les partenaires et clients
    Un exemple dans le monde de la Supply Chain : easy KPIs
La maîtrise de ces outils est devenue incontournable aux Etats-Unis et devrait se démocratiser en France dans les années qui viennent.


IT & Supply Chain

Dans la Supply Chain, rien de nouveau et d'innovant cette année, les éditeurs tentent de fournir leurs solutions en mode Cloud, ce qui se résume en général à fournir aux clients un accès Web à leur logiciel via Citrix ou autre solution de déport d'affichage sur le poste client.
Il manque toujours une vraie solution Web, collaborative, permettant de partager entre les acteurs de la Supply Chain les données vitales à l'exécution de leurs flux.
Et couvrant le cycle de vie / le cyle des flux des produits, de l'usine jusqu'au consommateur, en passant par le transport (multimodal), le(s) stockage(s) intermédiaire(s) et la distribution en magasin ou chez le particulier.
Quand va-t-on arrêter de s'envoyer des messages EDI dans tous les sens, au lieu de stocker l'information une fois pour toutes, puis de la partager entre tous les acteurs qui en ont besoin, chaque acteur ayant la vision qui l'intéresse :
  • le donneur d'ordre suit le flux de marchandises de bout en bout,
  • le transporteur voit le segment de transport qu'il gère, qu'il soit prestataire principal ou affrété,
  • le prestataire logistique, en fonction du rôle qu'il tient auprès de son client, voit les flux entrer et sortir de son entrepôt, et éventuellement les transports associés,
  • le prestataire "Pilote Transports" voit l'ensemble des transports qu'il gère pour son client
  • les magasins voient les marchandises arriver 
Chaque acteur a accès aux informations qui l'intéresse :
  • Le donneur d'ordres a une vision globale de sa Supply Chain
  • le transporteur s'intéresse à la marge brute de ses transports, au remplissage de ses camions, à l'optimisation des heures de conduite de ses conducteurs, ...
  • le prestataire logistique surveille son taux de service, le remplissage de l'entrepôt, ...
  • le prestataire "Pilote Transports" compare et challenge les performances de transporteurs (taux de ponctualité, ...)
  • les magasins s'intéressent surtout à la ponctualité des livraisons

Prenons exemple sur les nouvelles plate-formes mises en place par Google (Google Apps) et plus récemment Microsoft (SkyDrive + Outlook.com + Office 365) : les mails (messages EDI) et les documents attachés (commandes, CR d'expédition, ...) sont stockés sur le Cloud et partagés entre les utilisateurs (acteurs de la Supply Chain) qui en ont besoin.
Les documents sont sauvegardés, versionnés et les utilisateurs ont toujours accès à la dernière version. On n'encombre pas les Systèmes d'Information avec des messages (et les documents attachés) dupliqués à l'infini.
Le même schéma devrait être mis en place pour la Supply Chain afin d'optimiser son fonctionnement global et réduire les coûts des Systèmes d'Information.

Un nouveau modèle pour la Supply Chain ?

Qu'en pensez vous ?